Agnès Peltier
@AgnesPeltier
Sat May 25 09:55:45 +0000 2019

« Docteur, je suis un homme ou une poubelle ? » [Thread] écrit avec les tripes… Vous pardonnerez le débordement mais je suis en train de regarder le documentaire sur Alexandria Ocasio-Cortez et j’ai besoin de parler. 1/n

Nous sommes en France en 2019. Les élections européennes ont lieu demain, et une fois de plus, la gauche est en miettes. 2/

La gauche, architecte de la sécurité sociale, ingénieure de la répartition plus juste des richesse, engagée (jamais assez probablement) dans la protection de notre environnement, protectrice des plus fragiles d’entre nous, est en miettes. 3/

J’ai 35 ans aussi, comme Julia Cagé, et comme elle je veux continuer à croire à la politique. Mais j’ai peur. 4/ https://t.co/ElFhzcmH1R

Je suis médecin généraliste. Hier, j’ai reçu un appel d’un patient qui fréquente mon cabinet. Il a commencé la conversation par la phrase suivante. « Docteur, je suis un homme ou une poubelle ? ». 5/

Vous savez quoi ? Il était hospitalisé pour une chirurgie. Il ne se sentait pas assez autonome pour rentrer chez lui en ce vendredi à cause de la douleur et d’un handicap de longue date non gérable avec la douleur. On lui a dit qu’il ne sortirait pas ce vendredi. 6/

Mais, ce vendredi matin, le service a décidé et les ambulanciers l’ont ramené chez lui sans autre forme de procès, sans aucune aide à domicile. «Je ne peux pas aller aux toilettes seul, comment je vais faire seul chez moi ? J’ai trop mal» me demande-t-il en larmes. En larmes. 7/

J’ai pris mon téléphone, et l’hôpital a entendu. Il a été réhospitalisé sans passer par les urgences le jour même. Je suis reconnaissante aux soignants que j’ai eu au téléphone et qui ont coordonné la ré-hospitalisation de cette personne. 8/

... Pourquoi a-t-il été « sorti » de l’hôpital dans un premier temps ? Parce que les soignants ont des objectifs, que les durées de séjour « doivent » être réduites au minimum, et parce que le vendredi, comme les autres jours, c’est la chasse aux lits dits "libérables". 9/

Parce qu’on (oui, les gens qu'on *élit*) a organisé depuis des années la disparition des «lits vides». Vous savez, ceux qui permettaient de faire face. Ceux qui permettent qu’une personne admise aux urgences puisse être hospitalisée à chaque fois qu’il y en a besoin. 10/

Les lits vides qui permettent que le travail de l’équipe soignante soit de soigner et de proposer des solutions ET que la logistique suive. Quand je parle de lits vides, je parle du mobilier, mais je parle aussi des soignants en nombre suffisant qui vont avec. Doux rêve. 11/

Les urgentistes commenteront, ils et elles passent plus de temps au téléphone à chercher des lits dans le manque criant ambiant que de temps à parler, examiner, prescrire et analyser ce pour quoi les patient.e.s consultent. 12/

Les cadres de santé font le tour avec appréhension du nombre de lits disponibles dans tout l’hôpital avant chaque nuit car le nombre restreint de lits disponibles pour hospitalisation urgente fait que tout le monde s’arrache les cheveux pour trouver des solutions. 13/

J’ai l’impression (de loin, je ne travaille plus aux urgences depuis la fin de mon internat il y a quelques années) que ça s’aggrave. Que les soignants passent leur temps à prendre sur eux-mêmes pour imaginer des solutions là où l’hôpital a organisé la pénurie. 14/

Je ne sais pas jusqu’à quel point ça peut s’aggraver. 15/

Soignant.e.s, si vous avez des idées suicidaires, je vous en conjure, prenez un arrêt de travail. Allez voir votre généraliste. Faites connaissance avec un généraliste si vous n’en avez pas encore. 16/

Vous y avez droit. On a besoin de vous. Vous vous rendez compte des choses. Ne laissez pas tomber. S’il vous plaît. 17/

Cette semaine, la fille d’une patiente qui a dû passer par les urgences m’a dit : « oh on devrait privatiser tout ça, ça irait mieux ». J'ai cru tomber de ma chaise tellement ça me rappelle le dessin suivant : Source: https://t.co/ZC26gguzio via https://t.co/Cbf36wFFkp 18/ https://t.co/jR6efQr0Gl

Elles ont vécu une attente longue, un diagnostic qui me semble aussi un peu à côté de la plaque mais sans conséquences graves, et pour lequel il est probablement plus facile pour le généraliste de faire sens plusieurs jours d’évolution plus tard. 19/

Elles ont renoncé devant la persistance de symptômes inquiétants (hallucinations) à retourner aux urgences parce qu’elles ne s’étaient pas senties écoutées. Je comprends qu'on puisse arriver à la conclusion à laquelle elle est arrivée. C'est humain. #Facepalm 20/

Confier les hôpitaux à des entreprises *à but lucratif* (= privatiser) n’est pas acceptable. #MonAvis Ça marcherait pareil ou moins bien, et ça essaierait de dégager des BENEFICES Sur le dos des plus fragiles d’entre nous C'est valable pour les autres services publics 21/

On ne mesure pas à quel point on a besoin de ce système, de le réparer, de l’améliorer, tant qu’on est jeune en bonne santé. Si vous en avez l’occasion, regardez le documentaire La Sociale pour comprendre l’histoire de la Sécu. https://t.co/Jwol8eI62u 22/

On ne mesure pas à quel point on a besoin de la gestion *publique* des choses. Celle qui est *à but non lucratif*… Evidemment qu’on critiquera aussi cette gestion. On critique tout le temps, c’est dans notre nature. Améliorons plutôt que de détruire ! 23/

Mais s’il vous plaît, souvenez-vous de la LOGIQUE générale : le système est solidaire et nous protège quand il fonctionne, tou.te.s autant qu’on est. Il devrait travailler à fonctionner mieux, à ne pas discriminer, à donner les bons soins au bon moment. 24/

A titre de personne, je suis heureuse de payer des impôts dans la mesure de mes moyens pour financer ce système solidaire. J’espère ne jamais avoir besoin de contre-partie. Et donc ne jamais récupérer les sous versés. 25/

Tant mieux bordayl, si je ne récupère rien de ce que j’ai versé parce que j’ai la chance de ne pas en avoir besoin ! 26/

La droite, l’extrême droite et les politiques dits « libéraux » aspirent à « privatiser tout cela ». Y compris quand c’est déguisé derrière des discours vidés de sens et qu’ils disent tout l’inverse. Regardez ce qu’ils et elles votent quand au pouvoir. 27/

Pour moi c’est la gauche qui devrait nous protéger. Si elle était unie je saurais mieux quel bulletin je dois glisser dans l’urne. Je ne regarderai pas les sondages et je voterai pour les idées défendues demain, la boule au ventre. 28/

Prenez soin de vous les humain.e.s [fin du thread] 29/29 GIF : "sending virtual hug" https://t.co/v45KHD00ui