anne corpet
@annecorpet
Wed Nov 20 14:10:19 +0000 2019

Le témoin du jour : Gordon Sondland nommé ambassadeur pour l’Union européenne après avoir contribué à hauteur d’un million de dollars aux frais d’investiture de ⁦@realDonaldTrump⁩ il est le 1er témoin à avoir été directement en contact avec le Pdt sur le fonds du dossier. https://t.co/QtGxQlFrfc

Le nom de Gordon Sondland est bcp revenu au cours des auditions précédentes. Il faisait partie d’un trio chargé de gérer les négociations avec l’Ukraine pr la Maison Blanche. Ce réseau « parallèle » qui poursuivait des « objectifs contraires à ceux de la pol US » (B Taylor)

Il a appelé @realDonaldTrump depuis un resto de Kiev après une rencontre avec les autorités ukrainiennes et ensuite déclaré selon un témoin présent (David Holmes) « Trump ne se soucie que de l’enquête sur Biden ».

Il a déjà témoigné à huis clos et ne « se souvenait pas » pas de plusieurs événements cruciaux. Confronté aux déclarations d’autres témoins il a ensuite modifié sa déposition. Les républicains vont s’appuyer sur ce revirement pour décrédibiliser son témoignage.

« Bienvenue au cinquième jour de ce cirque » entame le républicain Devin Nunes. https://t.co/PmWosZtxz4

G Sondland débute sa déclaration préliminaire.. commence par parler de son rôle d’ambassadeur à l’UE (rappel : l’Ukraine ne fait pas partie de l’UE) et comme les autres témoins évoque son parcours personnel..et professionnel : dit avoir brièvement travaillé pour Joe Biden. https://t.co/54lyjtYRXa

« Je dire que cette procédure est un défi et qu’elle est parfois injuste » Déplore ne pas avoir eu accès aux transcripts de tous les documents qui l’auraient aidé se souvenir précisément des faits. « ma mémoire n’est pas parfaite »

Évoque l’Ukraine « Nous suivions les ordres du président »

« L’idée selon laquelle nous étions dans une espèce de diplomatie parallèle est absolument fausse. Toutes les personnes concernées étaient bien informées de nos démarches »

« La demande de @RudyGiuliani établissait bien un lien entre la visite du Psdt ukrainien à la Maison Blanche et l’enquête sur Biden. J’étais opposé à la suspension de l’aide. »

« J’agissais en bonne foi. Nous travaillions avec @RudyGiuliani parce que le président nous l’a ordonné »

« Mon seul intérêt était de soutenir la fragile démocratie ukrainienne »

Je me trompe peut être mais j’ai l’impression que Sondland vient de dire Vladimir Poutine au lieu de Volodimyr Zelensky !

Sondland charge @RudyGiuliani « nous ne voulions pas travailler avec lui »

Sondland se décharge et affirme que Pompeo et Bolton étaient au courant des agissements de l’équipe de @RudyGiuliani.

« Il n’y avait aucun secret sur l’avancée des efforts de @RudyGiuliani sur l’ouverture d’enquêtes »

Sondland raconte que @SecPompeo lui même ordonnait aux diplomates de passer par @RudyGiuliani

Sondland ne charge pas directement le président mais son avocat personnel : « @RudyGiuliani a directement exprimé les demandes d’enquête aux ukrainiens et nous avons tous compris que cela correspondait au désir du président »

Il confirme le lien entre visite à la MB de Zelensky et l’ouverture d’enquêtes sur Burisma et les élections de 2016. Et répète « tout le monde était dans la boucle ce n’était pas un secret »

« Everyone was in the loop »

J’ai personnellement demandé à Zelensky de déclarer qu’il allait « retourner chaque pierre » pour en savoir plus sur Burisma et l’enquête sur le scrutin de 2016.

Sondland implique régulièrement le secrétaire d’état Pompeo qui s’est jusqu’à présent soigneusement tenu à l’écart de cette affaire. Les seules déclarations publiques de @SecPompeo ont été pour condamner la procédure de destitution.

Sondland dit avoir plusieurs fois souligné l’importance de l’aide militaire pour l’Ukraine.

« Nous avons toujours agi en toute transparence »

Fin de la déclaration préliminaire. Sondland n’a pas déclaré avoir reçu de consignes directes de @realDonaldTrump mais charge sérieusement @RudyGiuliani et @SecPompeo

Début des questions @RepAdamSchiff ouvre le bal et revient sur la conversation téléphonique que Sondland a eu avec @realDonaldTrump dans un resto de Kiev. https://t.co/79x1pLydTP

« Le président Trump ne m’a jamais dit que l’aide militaire était conditionnée par l’annonce spécifique de l’ouverture d’une enquête » Sondland souligne sans arrêt le rôle d’intermédiaire joué par @RudyGiuliani

@RudyGiuliani Sondland répète "le président ne m'a jamais parlé de la suspension de l'aide militaire". C'est la phrase sur laquelle la défense de la maison blanche va s'articuler, même si Sondland a bien confirmé un chantage vàv de l'Ukraine. Pause de l'audition.

Reprise de l’audition c’est au tour de Devin Nunes d’interroger Sondland. Contre attaque : le républicain centre son intervention sur les efforts (jamais prouvés) des ukrainiens et des démocrates pour miner la campagne de @realDonaldTrump en 2016. https://t.co/DqZbq4dHlh

Pendant ce temps la sur Twitter l’avocat personnel du président sévèrement mis en cause par Sondland réplique .. https://t.co/OqOwlSxGh1

Et Donald Trump parle depuis la pelouse de la Maison Blanche et prend ses distances avec l’ambassadeur « je ne connais pas bien Sondland »

@realDonaldTrump rappelle sa conversation avec Sondland au cours de laquelle ce dernier lui a demandé ce qu’il voulait de l’Ukraine « j’ai répété deux fois que je ne voulais rien »

@SecPompeo, lui aussi impliqué par Sondland, est à Bruxelles d’où il tweete au sujet de ses réunions à l’OTAN. Comme s’il n’était pas concerné par ce qui se passe au congrès... https://t.co/lprh6BsrXk

@SecPompeo FInalement interrogé par un journaliste de l'@afp au sujet de l'audition le secrétaire d'Etat a répondu "Je n'ai rien vu, je travaillais".

Fin de l’audition de Sondland : les républicains Jim Jordan et Elise Stefanik défenseurs les + agressifs du camp républicain martèlent leur mantra : dossier vide, procédure viciée. https://t.co/AFxNdBfuNX

Ah et aussi : « nous voulons entendre Hunter Biden ! »

Nouveau commentaire de @realDonaldTrump interrogé sur l’audition de Sondland. https://t.co/vNk8gPXvDl