Maxime Vasse
@webdif
Wed Jul 08 11:11:00 +0000 2020

Il n'y a rien qui va dans cette tribune 😄
Thread âŹ‡ïž https://t.co/ZAujH77pjm

1ïžâƒŁ Tout d'abord, une conception erronĂ©e du tĂ©lĂ©travail. Dans cette tribune, travail Ă  distance = travail Ă  domicile. Une mĂ©connaissance des tiers-lieux qui biaise la rĂ©flexion, puisqu'on imagine que tĂ©lĂ©travail est synonyme de solitude physique.

Les tiers-lieux, coworkings, pépiniÚres, permettent d'échanger avec d'autres travailleurs. On ne se limite plus à nos seuls collÚgues, on peut discuter avec les salariés d'autres entreprises. Cela permet de se créer un réseau, d'échanger des pratiques, de créer des synergies.

Les coworkings se démocratisent dans les grandes villes. Il y a surement quelque chose à faire au niveau de l'aménagement du territoire, pour les rendre accessibles y compris dans les plus petites agglos. L'idée de @gchampeau me paraßt intéressante :
https://t.co/FEEHTjhX3Z

Enfin, les formes de tĂ©lĂ©travail sont trĂšs diverses, il faut se dĂ©barasser de la vision "seul chez soi". On peut imaginer du coworking ente voisins par exemple. Pour l'anecdote, ma femme est aussi ma collĂšgue : c'est une forme toute particuliĂšre, le "coworking Ă  la maison" 😅

2ïžâƒŁ Ensuite le point de vue prĂ©sentĂ© mĂ©connaĂźt les bonnes pratiques de communication et de collaboration en tĂ©lĂ©travail, avec un raccourci tĂ©lĂ©travail = pas de lien avec ses collĂšgues. Pourtant, avec de bons process, il est tout aussi probable de discuter perso avec ses collĂšgues.

On peut discuter de souffrances personnelles ou de santĂ©. On discute aussi de sĂ©ries ou de cuisine. Et ce avec des collĂšgues aux Ăąges, sexes, religions et conditions sociales diffĂ©rents. Une diversitĂ© mĂȘme plus grande qu'en bureau, puisqu'on y ajoute la diversitĂ© gĂ©ographique.

Le problÚme provient du raccourci : communication en télétravail = visioconférence. Alors que la palette d'outils pour réussir la mise en place du full remote est bien plus large. J'avais présenté les outils qu'on utilise chez @Oclock_io par ici :
https://t.co/MnYkz98Ydj

Via l'Ă©crit, il est mĂȘme certain qu'il y a davantage d'Ă©changes entre collĂšgues, y compris de services diffĂ©rents. Je partage l'amour pour la sĂ©rie The Ozark avec @flepasse alors que je n'ai jamais travaillĂ© avec lui directement. L'engagement salariĂ© est d'autant plus fort. https://t.co/84S5K1liKO

L'Ă©crit permet aussi que chacun ait voix au chapitre. Il n'y a plus la grande gueule qui s'impose, la femme dont on coupe la parole par sexisme ordinaire. Sur Slack, le message du dirigeant cofondateur est au mĂȘme niveau que celui de la nouvelle recrue qui est arrivĂ©e la veille.

3ïžâƒŁ Autre confusion qui a son importance, l'incapacitĂ© Ă  sĂ©parer le tĂ©lĂ©travail du confinement avec le tĂ©lĂ©travail dans de bonnes conditions. Le travail Ă  la maison improvisĂ©, avec les enfants dans les parages, ça ne ressemble en rien au quotidien du tĂ©lĂ©travailleur.

La tribune met en avant le retour des femmes aux foyers, qui travaillent et s'occupent des enfants en mĂȘme temps. Avec comme argument... le fait que ce soit les femmes qui se sont majoritairement arrĂȘtĂ©es de travailler pendant le confinement. Ce n'est donc pas du tĂ©lĂ©travail ! đŸ€·â€â™‚ïž

Cette confusion "tĂ©lĂ©travail = travail Ă  l'arrache" est l'un des poncifs les plus rĂ©pandus, puisque beaucoup n'ont connu le travail Ă  distance qu'Ă  l'aune du confinement. Travailler sur un bout de table, sur un Ă©cran 11" avec un bĂ©bĂ© dans les bras, ce n'est pas du tĂ©lĂ©travail 🙃

4ïžâƒŁ Enfin, la tribune termine en prĂ©sentant le tĂ©letravail comme la fin du salariat. Toujours le mĂȘme prĂ©jugĂ© : loin des yeux loin du cƓur. On ne pourrait intrinsĂšquement pas crĂ©er une relation durable en tĂ©lĂ©travail, on reposerait donc sur des freelances payĂ©s Ă  la journĂ©e.

Le recours à un prestataire plutÎt qu'à une embauche est intéressant quand un besoin est ponctuel et spécialisé. On peut aussi avoir envie de passer par des indépendants pour automatiser le développement commercial, ce qu'on appelle plus communément aujourd'hui l'ubérisation.

Ces considérations n'ont pas de rapport avec la méthode de travail. La livraison de repas n'est par exemple pas un business dématérialisé. C'est au contraire tout ce qu'il y a de plus physique, car on ne peut pas faxer une pizza. Les livreurs UberEat ne sont pas en télétravail !

Une entreprise qui a des besoins réguliers va privilégier des embauches classiques, car c'est bien plus facile de manager et de motiver un salarié qu'un indépendant. L'appartenance à l'entreprise, c'est un ingrédient important de productivité comme de qualité de vie au travail.

Surtout, le télétravail peut permettre au contraire davantage d'appartenance, et parfois davantage de salariat. Par exemple, alors que le plupart des formateurs d'organismes de formation sont indépendants, les profs de @Oclock_io sont presque exclusivement en CDI.

La centralisation du travail qu'apporte le numĂ©rique permet de regrouper les besoins de talents, et donc d'ouvrir des postes Ă  temps plein plutĂŽt que de recourir Ă  plusieurs indĂ©pendants dans plusieurs villes comme c'est le cas de nos Ă©coles consƓurs.

📝 Pour rĂ©sumer : tĂ©lĂ©travailler ce n'est pas travailler Ă  la maison, tout seul, isolĂ©, dans de mauvaises conditions, en indĂ©pendant. Ça n'aggrave pas les inĂ©galitĂ©s ou le mal-ĂȘtre. Cela reste un moyen, Ă  nous de faire ce qu'il faut pour arriver Ă  nos fins.

Bien évidemment, c'est bien normal pour une entreprise d'immobilier de bureau de faire une telle présentation du télétravail. On peut le voir comme une menace pour ce genre d'activité. Mais c'est aussi une opportunité. Développer des projets de tiers-lieux notamment.

Aussi, il est courant de sortir l'Ă©pouvantail d'une sociĂ©tĂ© entiĂšre en tĂ©lĂ©travail. Au-delĂ  du fait que ce ne serait pas souhaitable, ce n'est de toute façon pas possible. Beaucoup d'activitĂ©s ne peuvent pas ĂȘtre effectuĂ©es totalement Ă  distance.

En revanche, au moment oĂč l'on veut relancer l'Ă©conomie, combattre le chĂŽmage qui galope pendant cette crise sanitaire, le tĂ©lĂ©travail est une opportunitĂ© incroyable, en rendant le travail accessibles en dehors des bassins d'emplois.

Maintenant que la 4G et la fibre sont présentes dans une grande partie du territoire, on peut revitaliser des zones rurales entiÚres en permettant à leurs habitants de retrouver du travail ou de se former à distance.

Avec la numérisation des services administratifs ou encore via la télémédecine, on a l'opportunité de résoudre la dégradation ou l'éloignement des services publics pour ces populations.

A distance, pour plus de présence.
Vive le tĂ©lĂ©travail ! ❀

Wed Jul 08 11:11:17 +0000 2020